Guides de tourisme

Le guide de tourisme joue un rôle clé dans la valorisation et la promotion du patrimoine naturel et culturel du Maroc. Il joue le rôle d’ambassadeur culturel de la destination auprès des touristes. Pour leur part, ces derniers ont des exigences de plus en plus poussées et spécifiques et comparent souvent les prestations délivrées par les guides marocains avec les prestations de guides d’autres pays dans lesquels ils habitent ou qu’ils ont visité. D’où la nécessité pour le Maroc, afin de pérenniser la dynamique tourisme, de s’appuyer sur des guides délivrant des prestations compétitives à même de satisfaire les touristes et de répondre à leurs exigences en matière de qualité des prestations.

Le métier de guide de tourisme est régi par la loi n°05-12 (téléchargeable ici) réglementant la profession de guide de tourisme. Ladite loi fixe les conditions d’accès et d’exercice de la profession, nécessaires pour  professionnaliser le métier et assurer des standards de qualité des prestations offertes.

Le nombre de guides exerçant au Maroc est de 2759 guides agrées affectés dans les différentes régions du Royaume. Ladite loi distingue entre deux catégories de guides :

  • Guide des villes et des circuits touristiques ;
  • Guide des espaces naturels.
Guide des villes et des circuits touristiques

l’activité principale du guide est de fournir aux touristes toutes informations à caractère géographique, historique, architectural, culturel, social, économique ou autres, et à les assister et les accompagner, à pied ou à bord des véhicules de transport appropriés, sur la voie publique et les sites touristiques, à l’intérieur des monuments, des musées, des lieux d’intérêt culturel ou artistique, des établissements touristiques et des lieux publics.

Guide des espaces naturels

L’activité de guide des espaces naturels consiste à accompagner et assister les touristes au cours d’excursions ou de randonnées au niveau des sites naturels, des montagnes et déserts ou autre, à pied, ou à dos de bêtes de sommes ou encore dans des véhicules de transport appropriés, sur des circuits comportant des pistes, des sentiers ou des voies praticables sans le recours aux techniques de l’escalade, de l’alpinisme ou du ski et à leur fournir les informations sur les zones et sites visités, aussi bien à caractère naturel, historique, géographique, culturel économique et social.